Test rapide DrugWipe® : détecter la codéine en toute fiabilité

Test rapide DrugWipe® : détecter la codéine en toute fiabilité
Actualité, Home

Test rapide DrugWipe® : détecter la codéine en toute fiabilité

De la scène du rap à notre quotidien

La codéine, nouvelle drogue tendance, a le vent en poupe. Dans le milieu du rap, les opiacés font ouvertement l’objet d’éloges. L’important potentiel de dépendance et les risques qui y sont liés, difficiles à évaluer, sont rarement mentionnés, mais l’euphorie et la détente qu’ils procurent sont particulièrement appréciées.

Lorsqu’on parle de Dirty Sprite ou de Texas Tea, on ne parle pas de boissons rafraichissantes à boire sous les cocotiers. Mais bien d’un cocktail explosif composé de médicaments contenant de la codéine (généralement du sirop pour la toux) et de limonade gazeuse, souvent agrémenté de bonbons émiettés pour adoucir le goût. Ce mélange, aussi connu sous le nom de Lean, Purple Drank, Sizzurp ou encore Syrup, gagne du terrain. Il déclenche un sentiment d’euphorie, suivi d’un état agréable de léthargie et d’une dépersonnalisation. Ses effets se développent après 20 à 60 minutes et durent entre 6 et 8 heures. Dans de rares cas, la codéine est consommée sous forme de suppositoire. Le risque associé de dépendance est très élevé.

Tant la phase d’euphorie que la léthargie qui s’ensuit comportent des risques élevés sur la route ou lors de la commande de machines. Toute personne qui provoque un accident dans cette situation ou qui présente les symptômes de défaillance correspondants dans le cadre de la circulation routière fait l’objet de poursuites.

Codein Drogentest DrugWipe Opium positiv

La codéine est un opiacé, substance qui peut être détectée de manière fiable grâce à la ligne de test des opiacés du DrugWipe.

Sirop pour la toux légal ou drogue illicite ?

En Allemagne, la possession de codéine sans autorisation ou ordonnance spéciale pour stupéfiants est punissable en vertu de la loi sur les stupéfiants.

Les médicaments ne contenant de la codéine comme principe actif qu’en petite quantité font exception à cette législation, comme certains antitussifs et analgésiques, principalement, qui peuvent être prescrits par le biais d’une ordonnance standard. Toutefois, une ordonnance spéciale est nécessaire lorsqu’ils sont prescrits à des personnes dépendantes aux stupéfiants ou à l’alcool.

La réglementation concernant la codéine n’est pas uniforme à travers le monde. Distribution sans restriction, enregistrement obligatoire à l’achat, prescription obligatoire, interdiction complète même en tant que composant d’un médicament, les mesures sont disparates.

Une détection fiable grâce au test de dépistage de stupéfiants DrugWipe

La codéine fait partie de la famille des opiacés, substance qui peut être détectée de manière fiable grâce à la ligne de test des opiacés du DrugWipe. Le test salivaire ainsi que les tests sur les surfaces détectent même les faibles quantités. Ils permettent une procédure de détection rapide et simple pour les contrôles routiers ou les cas suspects sur le lieu de
travail.

Car l’accès à la codéine est simplifié pour ceux qui en veulent ; en effet, les pharmacies en ligne étrangères proposent les médicaments correspondants sans ordonnance, et des vendeurs accommodants peuvent être trouvés sur Instagram.

Le dosage varie de 20 mg à 200 mg au maximum. Des doses plus élevées n’augmentent pas la sensation d’euphorie, mais seulement le risque d’effets secondaires ; en réalité, la quantité est l’un des plus grands dangers de la consommation de codéine. Certaines personnes sont très intoxiquées, même à faible dose, tandis que d’autres ne ressentent aucun effet, même à dose maximale. Ce facteur individuel fait du dosage un jeu de loterie.

Un autre facteur de risque est le mode de consommation : la boisson sucrée banalise la drogue, ce qui entraîne les consommateurs à en boire trop. La codéine a un effet modérateur sur le système nerveux central et un surdosage peut provoquer un arrêt respiratoire.

Le risque numéro trois est la combinaison, très appréciée, avec d’autres drogues, l’alcool ou les médicaments. Les substances modératrices telles que l’alcool augmentent le risque d’arrêt respiratoire. En raison du fort effet de la codéine sur le système nerveux, de nombreux effets mixtes sont incalculables.

Lors du sevrage, les mêmes symptômes psychologiques et physiques ont lieu que pendant le sevrage à l’héroïne, et sa durée peut également être relativement longue.

Opiacé ou opium, comment les distinguer ?

Les termes « opiacé » et « opioïde » sont souvent utilisés en tant que synonymes. Cependant, les opiacés au sens strict sont des alcaloïdes naturels dérivés de l’opium, comme la morphine, principalement. Les opioïdes englobent également les substances actives synthétiques similaires à la morphine. La plupart de ces substances sont des analgésiques ou des stupéfiants très puissants qui présentent un risque de dépendance extrêmement élevé.

Les opiacés naturels sont extraits du latex du pavot somnifère, qui constitue l’opium brut qui contient la morphine. Selon la zone de culture, sa concentration varie entre 2 et 26 %. Outre la morphine, nous connaissons aujourd’hui plus de 20 composants : la codéine, mais aussi la thébaïne, la papavérine, la narcotine, la narcéine, la noscapine et la
papavéraldine.

Les opioïdes synthétiques et hémisynthétiques ont un effet similaire à la morphine. L’héroïne est un opioïde hémisynthétique, le fentanyl et la méthadone sont des opioïdes entièrement synthétiques. Les endorphines sont des opioïdes naturels de l’organisme qui régulent les sensations de douleur et de faim, entre autres.

Source d’image : iStock 860725006 I_will_be_RB

  • Allemand
  • Anglais
  • Français
  • Espagnol