Les tests et la prévention d’accidents

Les tests et la prévention d’accidents
Actualité, Home

Les tests et la prévention d’accidents

La prévention est essentielle

 

197 par jour : voilà le nombre d’infractions en lien avec la consommation de drogues au volant recensé par les services de gendarmerie et de police nationale en 2018 en France. Une formation sérieuse et une utilisation continue du test DrugWipe 5 S se sont avérées d’une aide capitale dans le cadre des contrôles de stupéfiants. Les statistiques issues de diverses institutions scientifiques1 montrent combien le délit de conduite sous l’emprise de stupéfiant est répandu. En France, environ 5 millions d’individus consomment réguliè­ rement du cannabis, dont 900 000 en consomment tous les jours2. Selon l’Observatoire national inter­ ministériel de la sécurité routière (ONISR), le nombre d’automobilistes identifiés comme étant sous l’emprise de stupéfiants est passé de 56 000 en 2017 à 72 000 en 2018, ce qui correspond à une augmentation de 28 %. Les dangers de la drogue au volant sont sous estimés. Les chiffres indiquent que la fréquence des cas de conduite sous l’emprise de stupéfiants est indépendante de l’heure de la journée ou du jour de la semaine. Il en résulte des accidents de la route et des accidents du travail qu’il serait possible d’éviter. Les résultats les plus récents de l’initiative inter­ nationale E­Survey of Road Users ́ Attitudes ou ESRA3 (enquête européenne sur l’attitude des automobilistes) démontrent que seule une poignée de consommateurs de stupéfiants s’attendent à des contrôles routiers. En conséquence, ces personnes se sentent d’autant moins dissuadées de conduire sous influence. C’est là qu’interviennent les exigences du rapport ESRA et des personnes lésées. Leur devise est la suivante : plus de contrôles, davantage de sensibilisation, une meilleure prévention et une implication accrue. Autant de mesures mises en place par l’association Chris­Elo (voir encadré), apportant la preuve de ce que peut générer le renforcement de contrôles de stupéfiants.

Encadré : Tolérance zéro envers la drogue au volant

La France a instauré une loi de tolérance zéro envers la consommation de stupéfiants chez les usagers de la route. Tout manquement à ces mesures entraîne des poursuites pénales, la suspension ou le retrait du permis de conduire et/ou une amende de 4 500 euros (Art R 235 du code de la route). Pilotes, chauffeurs de bus et conducteurs de train sont passibles d’une peine de prison et d’une amende de 75 000 euros (Art 3421 du code de la santé publique). Chaque fonctionnaire de police est habilité à contrôler la consommation de stupéfiants à l’aide d’un test salivaire préliminaire, en tout lieu et à tout moment. La coopération du conducteur est obligatoire. Un test préliminaire au résultat positif entraîne
le recours à un second test salivaire ou à un test sanguin, selon ce qui est préférable. Le résultat de ce deuxième test sert de preuve. Chaque cas d’accident de la route ayant occasionné des préjudices corporels entraîne obligatoirement un test sanguin de dépistage de stupéfiants et d’alcool.

L’association Chris-Elo s’engage dans la lutte contre les drogues au volant.

Encadré : L’association Chris-Elo contre la violence routière

Un jeune homme et sa compagne ont trouvé la mort dans un accident de la voie publique en France en 2003. À l’origine de l’accident, un conducteur mis en examen pour conduite sous l’influence de substances ou plantes classées comme stupéfiants. Les parents du jeune homme ont fondé l’association « Chris-Elo » (www.chris-elo.com). C’est ainsi qu’a commencé un combat contre la drogue au volant, connaissant aujourd’hui un succès remarquable.
Le père du jeune homme, Jean-Pierre Deroeux, est devenu un expert reconnu dans le domaine des tests de dépistage de stupéfiants. Il est régulièrement invité, voire sollicité par les services des forces de l’ordre français pour apporter son soutien dans le cadre de contrôles de la circulation routière. Cette réussite est la preuve que tous les efforts en valent la peine. L’utilisation de tests salivaires modernes permet de réaliser en toute efficacite les moindres actions et interventions.

L’association a réalisé 261 tests de dépistage de stupéfiants en 2018. 173 tests se sont
avérés positifs selon les résultats de la méthode DrugWipe, avant d’être confirmés comme positifs en laboratoire d’analyse dans 98,8 % des cas. En d’autres termes, 171 automobilistes ont été exclus de la circulation routière en raison d’une consommation de stupéfiants. Il a ainsi été possible d’éviter des accidents et de protéger la sécurité de personnes tierces. Le THC concernait 167 saisies, représentant ainsi la substance la plus courante. 20 automobilistes avaient même consommé plusieurs types de stupéfiants simultanément. L’association a pour but de sensibiliser et d’éduquer les usagers de la route avant tout. Il ne s’agit pas de punir. Chris­Elo propose des programmes de prévention contribuant à la réhabilitation. Le nombre considérable de résultats positifs aux tests de dépistage de stupéfiants réalisés par l’association démontre qu’il est possible d’atteindre des résultats impressionnants grâce à l’utilisation de méthodes adéquates. L’association Chris­Elo utilise depuis 2012 les tests de dépistage de stupéfiants DrugWipe. La rapidité et la fiabilité de ce test salivaire ont permis d’augmenter nettement l’efficacité des contrôles. Le test DrugWipe peut être utilisé partout à n’importe quel moment, ne nécessitant que quelques manipulations.

Vous souhaitez en savoir plus au sujet du test salivaire rapide DrugWipe ? Nous sommes à votre disposition pour tout renseignement.

1 ESRA; CNSR France; Europäischer Drogenbericht; ONISR
2 OFDT: Drogues, Chiffres clés 8e édition, Juni 2019
3 ESRA2 Thematic report Nr. 5, Driving under the influence of alcohol and drugs

  • Allemand
  • Anglais
  • Français
  • Espagnol